5 Pourquoi et QQOQCP

Dans cet article, je vous présente deux outils : le 5 pourquoi et le QQOQCP, très simples à mettre en œuvre. Vous pouvez les utiliser pour résoudre des problèmes, en trouvant la cause racine du problème, ou pour définir un objectif.

Ils ont fait leurs preuves, puisqu’ils étaient utilisés dans la Grèce et Rome antique par les philosophes, dans leur démarche de questionnement systématique.

Si vous souhaitez une réponse plus détaillée que 42 pour comprendre le sens de la vie, vous pouvez l’utiliser… Pourquoi 42? Pour l’instant, je vous propose de les appliquer à un contexte bien plus pragmatique, dans le cadre de la résolution de problème.

5 Pourquoi

A l’apparition d’un problème, il est naturel de se poser la question « pourquoi est-ce arrivé ? », dans le but de trouver une solution et de résoudre le problème.

Cet outil va plus loin, une fois la solution apportée à la première question, il repose la question pourquoi, sur la base de cette réponse, dans le but de trouver la cause initiale. C’est un outil participatif, pour trouver la cause racine, vous devez aller à l’endroit où a eu lieu le problème. C’est sur le Gemba que vous travaillez directement avec les personnes impliquées.

Exemple de 5 Pourquoi dans une usine

Pour le comprendre, rien de mieux qu’un exemple d’investigation suite à un accident dans une usine. Vous posez les questions sur le lieu de l’accident, avec la personne blessée, les témoins et toute autre personne pertinente (on se doute souvent de la cause primaire du problème). Toutefois, n’hésitez pas à interpeller ou ajouter des participants si vous manquez d’information.

  • Pourquoi l’opérateur a glissé?
    • Parce qu’il y avait de l’huile par terre.
  • Pourquoi y avait il de l’huile par terre?
    • La machine fuyait.
  • Pourquoi la machine fuyait?
    • Personne n’a fait la maintenance préventive.
  • Pourquoi est-ce que la maintenance préventive n’a pas été faite?
    • Le technicien en charge est malade et absent.
  • Pourquoi est ce qu’un autre personne n’a pas remplacé le technicien?
    • La gamme de maintenance est perdue et lui seul sait la faire.

La première question donne les actions à mettre en place immédiatement pour éviter que l’incident ne reproduise. L’itération de 5 pourquoi donne la cause racine du problème. Étant donné que la gamme de maintenance n’était pas disponible, seul un employé peut effectuer les actions et suivre correctement la machine. Son absence a entrainé une fuite d’huile. C’est en allant à la racine qu’on s’assure de la performance !

Exemple de 5 Pourquoi dans le développement logiciel

  • Pourquoi notre application a crashé?
    • Parce qu’il y avait un bug.
  • Pourquoi le bug n’a pas été détecté?
    • Il n’y a pas de test sur cette portion du code.
  • Pourquoi nous avons décidé de ne pas tester cette portion?
    • Elle n’est pas critique, il y a juste une revue de code avant implémentation, mais elle n’a pas été faite.
  • Pourquoi le code n’a pas été revu?
    • Le projet est en retard, la développeuse a demandé, mais personne n’était disponible car nous sommes tous débordé.
  • Pourquoi sommes-nous en retard?
    • Il y a trop de fonctionnalités à développer dans cette itération.

L’itération de la question pourquoi remonte à la cause racine pour la traiter. Dans ce cas un arbre des causes peut apporter plus d’information. Il s’agit de dessiner plusieurs branches au 5 Pourquoi pour explorer toutes les causes potentielles et choisir la plus facile et pertinente à addresser.

QQOQCP

Cet outil est également basé sur des questions : Qui, Quoi, Ou, Quand, Comment, Pourquoi. Ces différents pronoms interrogatifs servent à circonstancier le sujet traité. Correctement défini, le problème est plus simple à traiter ou l’objectif plus clair à suivre.
Poursuivons les exemples précédents avec cette méthode. À partir de la cause racine, nous posons les différentes questions.

La gamme de maintenance perdue

  • Qui
    • connait la gamme de maintenance?
    • documente la maintenance?
    • est le fabricant de la machine?
    • pourrait faire la gamme de maintenance?
  • Quoi / quel
    • est l’état des gammes de maintenance?
    • sont les risques si nous perdons toutes les gammes?
    • est niveau de mise à jour des gammes?
    • sont les machines qui ont besoin d’une gamme?
  • Où sont rangés les classeurs de gammes?
  • Quand
    • a eu lieu la dernière vérification des gammes?
    • pourrons nous écrire cette gamme?
  • Comment pouvons nous écrire cette gamme?
  • Pourquoi n’avons-nous pas remarqué son absence?

Trop de fonctionnalités dans l’itération

  • Qui
    • décide des fonctionnalité à développer?
    • approuve le volume de travail?
    • surveille l’avancement?
    • peut changer la portée de l’itération?
  • Quoi / quel outil utilisons-nous pour suivre l’avancement et le travail à faire?
    • listons-nous les fonctionnalités en cours de développement ou à venir?
    • documentons-nous l’avancement du travail?
  • Quand
    • discutons-nous de l’avancement?
    • devrions-nous changer la portée de l’itération?
    • devons-nous livrer l’application finale?
  • Comment
    • calculons-nous le volume de travail?
    • connaissons-nous la disponibilité des développeurs?
    • mesurons-nous l’avancement?
  • Pourquoi avons-nous pris autant de travail?

Dans les deux cas, les questions apportent des éléments de contexte. La contrainte du type de question aide à avoir une vue plus complète. Vous pouvez également utiliser « combien ? » et « pour quoi faire ? » pour compléter encore ce questionnement.

Pour conclure

  • Pourquoi utiliser ces outils au quotidien?
    • Pour caractériser mon problème et/ou identifier la cause racine.
  • Pourquoi chercher la cause racine?
    • Pour traiter efficacement mon problème.
  • Pourquoi chercher la cause racine?
    • Pour traiter efficacement mon problème.
  • Pourquoi faire tout de suite la bonne action?
    • Pour gagner du temps.
  • Pourquoi gagner du temps?
    • Pour pouvoir lire ce blog et apprendre de nouveaux outils / techniques.