Votre atout pour convaincre et influencer : raconter une histoire

Depuis la nuit des temps, les humains ont partagé des connaissances en utilisant des histoires. C’est un moyen simple pour se souvenir et transmettre de l’information. Peu importe la qualité de votre idée, si vous ne savez pas la partager, elle n’ira nulle part.

Comme nous avons toujours besoin de convaincre ou de rallier d’autres personnes à notre cause, je vous détaille une approche pour créer des histoires éloquentes. Pour en tirer le meilleur parti, pensez à la dernière idée que vous avez eue, à la maison ou au travail, et voyez comment cet outil peut changer la façon dont vous avez présenté les choses.

Premières étapes avant d’écrire votre histoire

L’histoire est la dernière étape du processus. Après avoir eu une idée ou trouvé une solution, vous avez de nombreuses étapes à franchir, pour vous assurer d’apporter de la valeur. Même bien partagée, une mauvaise idée ne va pas très loin.

Parmi les prérequis : rencontrer des clients potentiels, aller sur le Gemba, faire une étude de marché, calculer les bénéfices, prototyper la solution, la tester. Vous êtes la première personne qui doit être convaincue par le calibre de votre idée. Une fois que vous l’êtes, et seulement après être viscéralement convaincu, vous pouvez écrire une bonne histoire.

Les histoires des frères Grimm ou d’Andersen ont connu un succès viral pour l’époque, car elles répondaient aux besoins : inculquer des règles et expliquer les attentes de la société aux enfants. Elles reposent sur les mêmes étapes. Comment expliquer aux enfants de ne pas parler aux inconnus, d’écouter leurs parents et toujours s’entre aider dans la famille ? Hansel et Gretel !

Une histoire gagnante en 7 étapes

Qui

Commencez par créer un personnage. Ce pourrait être l’utilisateur de votre solution ou la conceptrice. Pour aider les gens à s’engager et à s’identifier, donnez-lui un nom, un âge, une adresse, une famille, des passions. Vous n’avez pas besoin de les relier à l’idée, c’est seulement pour amener les gens à vouloir en apprendre davantage sur ce personnage.

Pourquoi

Quel est son problème ? À quels obstacles ou difficultés ce personnage fait-il face ? Qu’essayait-il ou elle de faire ? C’est là que vous entrez dans l’histoire, après une petite introduction, votre personnage vit sa vie et tout à coup… BAM… quelque chose arrive. Cela crée un peu de suspense, captive votre public et maintient son attention. Ils veulent en savoir plus…

Quand et où

Plongez dans les détails, fournissez plus de contexte sur l’environnement dans lequel le personnage se trouvait lorsqu’il essayait de faire ce qui s’est avéré difficile ou impossible. Décrivez la situation actuelle pour que tous aient le même niveau de compréhension.

Comment

Nous nous projetons maintenant dans l’avenir et les possibilités qui s’offrent à nous. Ces étapes décrivent les stratégies ou les approches qui pourraient résoudre la difficulté à laquelle votre personnage est confronté. Nous explorons seulement le « comment ». Si votre audience n’aime pas votre quoi, vous avez au moins convaincu jusqu’à ce stade et pourrez discuter d’une autre façon de résoudre le problème.

Quoi

Enfin, vous exposez votre idée. Vous décrivez le produit ou service qui transformera cette opportunité en réalité. Vous pouvez fournir quelques détails techniques, des chiffres. Normalement, votre public sera prêt à écouter ces détails, car désireux de résoudre les problèmes de votre personnage.

Avantages

Encore une fois, plongez dans les détails, expliquez à quoi cela ressemblera pour votre personnage, qu’est-ce qu’il ou elle aura à faire? Quels sont les avantages fonctionnels et émotionnels qu’elle ou il en tirera?

Modifier

Terminez votre histoire en expliquant le changement que votre personnage verra dans sa vie personnelle, ou le changement de société auquel votre solution contribue. C’est alors que vous revenez à l’une des informations sur votre personnage, et comment elle ou il peut maintenant profiter de sa passion ou sa famille différemment. Enfin, vous pouvez ouvrir votre histoire sur un changement sociétal, c’est un peu plus délicat, et cela dépend vraiment de votre idée et de son impact.

Soutenir la mémorisation avec les contradictions

Un autre outil que vous pouvez utiliser pour affiner votre histoire est l’alternance de deux thèmes contradictoires. Habituellement, votre histoire est d’une idée que vous souhaitez mettre en œuvre, ou une solution à un problème. Pour aider votre public à la visualiser, vous pouvez la scinder en deux aspects. D’une part : actuel – sans, et d’autre part : futur – avec. Vous commencez habituellement par la situation actuelle, qui n’a pas l’idée ou la solution en place. Vous concluez avec l’avenir, avec la solution ou l’idée en cours d’exécution.

Pour aider le public à comprendre clairement ses gains potentiels, vous pouvez passer de l’actuel à l’avenir à divers moments de votre histoire. En alternant et en contrastant, vous améliorez la mémorisation.

Toujours créer des émotions

Si vous vous souvenez d’histoires de votre enfance, c’est à cause des émotions qu’elles ont causées : excitation, joie, peur, tristesse. Chaque histoire est une succession d’émotions. Bien sûr, vous voulez que la vôtre se termine sur une émotion positive. Utilisez des images pour soutenir votre histoire, éventuellement accompagnées de quelques mots clés. Votre public ne peut pas lire et écouter en même temps. Les images aident également à créer des émotions, alors choisissez-les judicieusement.

Les histoires constituent l’arme la plus puissante de l’arsenal d’un leader.

Dr Howard Gardner, professeur Université Harvard

Photos par klimkin et Tumisu

Restez à jour

Inscrivez-vous à Coresilium pour recevoir les meilleures pratiques trois à six fois par an directement dans votre boite de messagerie.

* champ obligatoire

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment en cliquant dans le lien en bas de l’infolettre.