Exemples et étude de cas

Le paradoxe d’Abilene, une histoire de conformité sociale

Avez-vous déjà accepté quelque chose, pour faire plasir au reste du groupe, pour vous rendre compte que personne ne le voulait vraiment? C’est assez courant lorsque nous prenons des décisions en groupe. Le sociologue Jerry B. Harvey a appelé cela le paradoxe d’Abilene. C’est l’un des effets les plus visibles de la conformité sociale. Dans cet article, je vais donner un exemple du paradoxe d’Abilene, expliquer comment il fonctionne et ce que vous pouvez faire pour l’empêcher dans votre équipe ou organisation.

Le paradoxe d’Abilene : quand parler n’a pas l’air d’une option

En tant qu’êtres humains, nous devons tous appartenir à un groupe. Le sentiment d’appartenance fait partie de nos besoins vitaux. C’est pourquoi nous nous alignons sur notre groupe. La plupart du temps, c’est parfait, car cela nous permet de bien travailler ensemble. En partageant des valeurs, des habitudes, nous pouvons grandir ensemble.

Cependant, dans certains cas, nous pensons que nos préférences ne sont pas celles du groupe. Nous pensons que notre opinion est contraire au groupe, et nous nous censurons nous-mêmes. Nous soutenons ou du moins ne nousopposons pas à une option qui ne nous plait pas, juste pour rester dans le groupe.

Cela est dû à une mauvaise communication au sein du groupe, associée à la peur d’être jugé ou exclu. Comme tout le monde veut montrer à quel point il est un excellent joueur d’équipe, il soutient son équipe, même s’il n’est pas d’accord avec les décisions.

Un exemple de la façon dont la conformité sociale peut guider la prise de décision

Imaginez-vous avec un groupe d’amis à votre université. C’est jeudi soir, vous avez tous travaillé dur sur un projet, vous avez presque terminé et vous avez juste besoin de quelques heures de plus pour terminer le travail et la présentation pour le vendredi après-midi. L’un des membres du groupe, suggère une pause bien méritée et de sortir pour une pizza et boire un verre.

Vous vous sentez fatigué et savez qu’il y a encore du travail à faire, mais vous ne voulez pas être le « rabat-joie ». Si vous aimez sortir, vous pourriez en faire une occasion de passer un bon moment avec des amis. Si vous vous souciez du bien-être de vos pairs, vous pourriez soutenir l’idée, car vous croyez que ce sera bon pour vos coéquipiers.

Le lendemain, tout le monde est fatigué, certains ont mal à la tête et terminer votre travail est beaucoup plus difficile. Un membre de l’équipe dit que ce n’était pas une bonne idée de sortir. Celui qui a eu l’idée dit que c’était pour que tout le monde se sente mieux et non pire. Vous ajoutez que vous étiez fatigué et que vous n’êtes allé que pour faire plaisir au groupe.

Personne ne comprend vraiment comment vous avez pris une si mauvaise décision en tant que groupe. C’est le paradoxe d’Abilene, un effet de conformité sociale.

Comment un groupe peut-il prendre de si mauvaises décisions?

Il y a deux raisons principales qui conduisent à une mauvaise prise de décision, dans le modèle du paradoxe d’Abilene. La première concerne le pouvoir et la confiance en soi. Un individu dans le groupe a (ou croit avoir) à la fois la connaissance et le pouvoir. Cette personne est affirmative, forte et influence facilement les autres. Personne n’ose contester, soit parce que la position semble non contestable, soit parce qu’ils n’ont pas eu de succès dans le passé. Cela peut être le cas dans les environnements de gestion directive.

La deuxième raison est lorsque le compromis et le plaisir des autres sont très élevés. L’harmonie est une valeur fondamentale. Tout le monde fait passer l’opinion ou les besoins de l’autre avant les leurs et personne ne conteste les décisions, car ils croient qu’elles sont ce que les autres veulent.

Aucune de ces raisons n’est facile à gérer, car elles sont toutes deux intégrées dans la culture, qui ne peut pas être changée facilement.

Comment créer un environnement sécuritaire

Ce qu’il faut retenir

La chose la plus importante pour éviter de tels problèmes est de créer un environnement sécuritaire.

Comprendre les cinq dysfonctionnements d’une équipe est le meilleur moyen d’éviter ce genre de situations. Pour commencer, vous pouvez vous concentrer sur la confiance. Frances Frei partage les trois piliers de la confiance dans son édifiant TED Talk.

Les commentaires sont fermés.